Yessis n Teryel

Amuggar n Teqbayliyin - Forum des femmes kabyles


    Ferratus: le choc amoureux

    Partagez
    avatar
    louisa
    Admin

    Nombre de messages : 262
    Date d'inscription : 02/01/2007
    22082007

    Ferratus: le choc amoureux

    Message par louisa

    Ferratus,

    J'ai relu tes posts. Tu devines bien pourquoi.

    Incontestablement, on y perçoit la fulgurance de ton intelligence, l'à-propos du connaisseur et la fraîcheur de ta verve. Ton texte sur la femme et l'autonomie est percutant de lucidité et les idées qui y sont développées rejoignent pour la plupart ce que je pense de la chose.

    Seulement, tu dois bien supposer que je ne peux admettre certaines de tes réflexions, même si on peut les mettre sur le compte de l'effet de style ou de colère ...existentielle!Smile

    Lorsque tu dis que la femme mène par «le con», c'est une réflexion machiste basique. Cela renforce le cliché selon laquelle toutes les femmes sont des «p.u.t.a.i.n.s» en puissance. Ou tout au moins, elles ont tellement intériorisé leur statut d'objet sexuel qu'elles en jouent pour avoir le pauvre homme malheureux.

    Lorsque tu parles de femelle hystérique, on ne peut faire mieux en terme de cliché sexiste. Mais je suppose que cela traduit plus un état d'âme qu'une certitude chez toi.

    Enfin, quand tu parles de Berbère virginale qui te fait «bander», tu es en plein schéma de l'amour possessif, où le corps de la femme n'est pas objet de désir, de désir partagé, mais simplement un terrain où doit s'exprimer un rapport de pouvoir, de force, au bénéfice de l'homme bien sûr.

    Tu exprimes à voix haute un fantasme sur lequel est bâtie toute la domination de la femme kabyle dans son corps, son non-droit au plaisir et à une sexualité libre et assumée.

    Bref, je ne veux pas me prêter à l'analyse des propos de chaque forumiste, les scruter pour en extraire «la faute». Mais les mots utilisés sont assez connotés pour que je puisse les passer sous silence, sans pour autant jouer à l'Ayatollah (fonction interdite pour les femmes, je crois).

    Enfin, si tu permets, je te parlerai de 2 lectures.

    Alberoni, un sociologue italien qui a beaucoup écrit sur l'amour, a dit dans Le Choc amoureux: «L'orgasme. Un mouvement collectif à deux.» Il arrive que le mouvement ne soit pas si bien coordonné...remplace le mot orgasme par le mot amour, ça sera tout autant pertinent. Cela, c'est les caprices de la vie....

    Il a aussi écrit Je t'aime dans lequel il explique comment nait, s'élabore le projet amoureux....Il décortique les mécanismes de l'amour et affirme la possibilité de vivre plusieurs grands amours. En fait,ce qui n'est pas pour me déplaire, il réhabilite le romantisme!

    Car, je suis une romantique....

    Mais bien sûr, personne ne croira à la fable d'une Teryel romantique...Very Happy


    Allez, reviens-nous plus percutant. Et moins amer!

    L.


    _________________
    «Je cherche des géants et je ne trouve que des hommes, me disait jadis une amie.» Le Deuxième Sexe. Simone de Beauvoir.
    Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

    Message le Jeu 23 Aoû - 10:13 par Ferratus

    Louisa,


    Je retiens deux expressions dans ton conseil de lecture d’Alberoni : « L’orgasme, un mouvement collectif à deux » et « projet amoureux ». Ces phrases sont évocatrices pour moi donc je le lirai certainement.


    Je reconnais la brutalité de certaines de mes expressions. Il y a bien ce coté effet de style et bien sur de la colère……mais pas une colère existentielle ! Car je ne soumets pas mon existence aux tendances de ce monde ni à son expression qui est plutôt affligeante


    J’aime bien réagir en tant que grand singe aussi bien qu’en tant que grand sage. Alors con, hymen, utérus, virginal, j’’utilise ces mots de la même façon que l’on peut avoir un langage cru dans un rapport amoureux juste pour le piment, à l’instar du coup de bec du paon, de corne du cerf ou de griffe d’un lion lors de la parade amoureuse ou du rut pour en revenir à la crudité des mots. Pour autant je ne fantasme pas la femme, ce n’est ni mon objet, ni une idée régulatrice de ma psyché c’est bien un être humain.


    J’aimerais ajouter une chose, à dessein j’aime à être cru comme ca sans être vulgaire, parce que je fais la différence entre le sens et l’esthétisme et ce qui peut être simplement du convenu et de l’hygiénique.

    Message le Jeu 23 Aoû - 19:23 par windejjatmeziant

    Ferratus peut etre la norme et l exception: un signe de genie sans aucun doute.
    En tout cas, je te lis avec beaucoup d attention et j avoue que lors de mes lectures -de toi- d hier, ton cote' "esthetique" a parfois encombre' le cote "sens". Je t avoue que je ne savais meme pas ce que voulait dire le "con", anglophone que je suis!

    Desole, mais tu m as habitue a lire des textes de toi de haute volee comme celui sur l autonomie et la femme et d autres textes que j ai lu ailleurs, sur un site que je ne nommerai pas!

    Je suis peut etre de ceux pour qui le convenu de "raison" a sa raison d etre et suffit largement pour communiquer un point precis. Je deplore bien sur le recours a` l hypocrite "politically correct" ce que ton esthetisme, "ose'" pour ma personne, rejette pour sur.

    ne soit surtout pas avare de ta plume. Je saurai aller au dela de mon "convenu de raison". Il faudra bien que ma therapie commence des maintenant.

    W.

    Message le Ven 24 Aoû - 5:06 par Ferratus

    Windejjatmeziant,



    Azul. Je lis tes contributions et j’ai lu aussi ta présentation dans ce forum. Je note aussi bien ta critique bien placée que ton ironie qui parait quelques fois. Le « convenu de raison » cultives le ! Pour ma part cela me permet d’étalonner les choses, de faire des moyennes mais aussi de me remettre en question. En clin d’œil à l’anglophone que tu es je dirais qu’il y un « point break ». Quant c’est moche sale et que ca sent mauvais ca ne peut pas être bien ni dans le sens platonique du terme ni dans le sens commun. Je ne pourrai jamais être convaincu de certaines choses ni par sympathie ni par compromis, ni par habitude ni par filiation et je mets ma Kabylité au rang de cette filiation. Comme tu dis, des fois le coté esthétique encombre le sens de certains de mes écrits (en déplaçant une virgule, je devrais arranger ca !) Tout en continuant dans le sourire, c’est vrai que je devrais me relire de tant à autre !



    avatar

    Message le Dim 26 Aoû - 9:42 par louisa

    Azul,

    Quel plaisir de voir discuter 2 hommes kabyles, pacifiquement, sans se tirer leclaghem!

    Vraiment, un plaisir!

    Avez-vous une définition de la virilité à donner à nos lecteurs-lectrices, messieurs-les-doux?

    Bien sûr, autre chose que la définition classique: phallus long et tranchant, cclaghem aiguisés et nerveux, nif-tinzertguilef ultra susceptible aux culottes de ses soeurs...

    Message le Lun 18 Fév - 15:43 par Massilia

    Azul,

    Je n'ai pas le texte de Ferratus qui a suscité tant de commentaires intéressants. Où le trouver ? je parle du texte, bien sûr..

    Mais j'ai envie de dire quand même : quand c'est moche, que c'est sale, que ça sent mauvais...

    Mais la saleté, les odeurs.. ça fait partie de la nature. nous sommes trop "policés, trop transformés par une culture hygiéniste, aseptisée.." dans le temps des cavernes, où on savait encore faire hurler de plaisir.. ça ne sentait pas la rose et on se reconnaissait, en se sniffant...

    Le parfum de l'amour liquifié que l'on va chercher du bout de la langue au fond des cavernes.. il ne sent pas la rose non plus..mais n'est-il pas enivrant ???
    avatar

    Message le Mar 19 Fév - 16:15 par louisa

    Azul Massilia, ak,


    Bienvenue, j'ai découvert tes écrits avec bonheur.

    Le texte de Ferratus, le voici:

    Opinion : le Con nous mène par le bout du nez. Donc : la femme fais ce qu’elle veut, même dans une société hyper conservatrice. J’ai beau avoir le Nif exacerbé, je sais que ma femme si elle le voulait me tromperais et y réussirais. Non pas parce que je serai dupe mais parce que j’ai envi de croire à mon infaillibilité et à la fidélité de ma femelle. Ce n’est pas humain c’est animal !

    Quant à Ferratus, tu as plus de chance de mettre la main dessus que moi.

    Yari gidess siwa...l'océan! Laughing

    Je devine ta réponse éloquente...

    Sinon, pour revenir à la quation du plaisir, penses-tu que, des cavernes de Cro-Magnon à celle du «Macchabée*» (dans le Djurdjura), l'émoi érotique ait évolué de façon significative?

    À voir la valse hésitation de Cetla u Qerdun entre le string et le hidjab, et de Hemmu Bu Clegham entre le porno et le chapelet, il y a de quoi désespérer....

    Qu'en dis-tu?

    L.

    *http://www.dailymotion.com/video/x2ktlt_le-macchabee-du-djurdjura_events

    Message le Sam 15 Mar - 15:33 par Massilia

    Chère Louisa

    Cela fait un moment que je ne suis pas venue sur le site.. je te retrouve avec plaisir

    Entre le string et le hijab.. Moi, je n'aime pas le string. Je trouve cela inconfortable et franchement pas si sexy .. quant au Hijab; c'est encombrant..ça empêche de marcher vite, or nous sommes pressées..nous autres filles de Teryel qui marchons dans le territoire des ombres..l'ombre des peurs masculines qui passent leurs vies à fantasmer notre contrôle..

    L'émoi érotique ? je ne sais pas trop coment le définir, comment le situer sans lui ôter ce côté imprévisible.. Il nous surprend avec sa buée; parfois ses crues et il voudrait alors accueillir sur chaque parcelle de notre corps un toucher tompon; sans pression; sans insistance..juste un effleurement..comme une brise.. et puis.. et puis; il devient gourmant et il a envie de déglutir à bouchées doubles.. voilà.. très simplement ce qu'est l'émoi érotique pour moi. Le strig le gênerait; le hijab le sècherait.. il est source limpide du fond de mes entrailles qui se déverse dans tout mon corps.. Depuis les temps des cavernes à nos jours.. ça n'a pas beaucoup changé sauf peut être dans l'accoutrement ! mais ce n'est pas akhelkhal qui fait la belle jambe !!!

    Je te bise humidement:oops: ???
    avatar

    Message le Ven 18 Avr - 15:02 par louisa

    Azul,

    En parlant d'émoi, j'étais convaincue que, toi Massilia, tu y associerais quelques mots: plaisir, éphémère, évanescent, fugace...paroxysmique!

    Je me suis trompée...

    L'émoi érotique et l'orgasme sont conditionnés par des facteurs psychologiques, biologique et ...culturels!

    Mon questionnement est: comment notre culture kabyle nous influence-t-elle dans notre comportement érotique?

    Est-elle source d'inhibition? Prescrit-elle ou au contraire encourage-t-elle la recherche et l'expression du plaisir?

    Celles-ceux qui ont vécu des expériences «interculturelles» peuvent peut-être nous aider à en parler...

    Au fait, pensez-vous que dans une Kabylie libre, un musée de l'érotisme est possible?

    Louisa

    Message  par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 21 Nov - 3:02