Yessis n Teryel

Amuggar n Teqbayliyin - Forum des femmes kabyles


    Awussu....

    Partagez

    fraka

    Masculin Nombre de messages : 37
    Age : 59
    Date d'inscription : 23/02/2007
    27082007

    Awussu....

    Message par fraka

    Azul, bonjour à toutes et tous!!

    Un lien pour consulter les croyances anciennes. (Tifin. Arts)


    http://20six.fr/atanane/cat/15307/0/Divers_sujets


    Ar tafat.
    Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

    avatar

    Message le Mer 29 Aoû - 19:13 par louisa

    Azul Fraka,

    J'ai regardé un peu les tableaux. J'ai repéré celui qui porte une citation d'Ibn el Arabi, le maître à penser du mysticisme soufi. Personnage certes «épique», surtout si l'on sait que son modèle intellectuel est el Hallaj, l'un des premiers martyrs crucifiés de l'islam pour avoir manifesté publiquement «ses miracles et ses signes».

    Au delà du personnage d'el Arabi, qui je l'avoue est intéressant (à ce qu'on dit, il aurait influencé Dante), je ne me suis pas senti emballée (sur le plan des émotions) par les toiles d'Atanane (le peintre).

    Loin de moi de lui faire un procès, la création artistique devant être libre de toute considération (sinon on deviendrait tous des staliniens ou des islamistes), je n'ai pas vibré à la vue de ces toiles pour au moins 2 raisons:

    - le soufisme obeit avant tout à l'islam, dont il n'est qu'une pratique exacerbée. L'Amour de dieu doit remplir notre vie. D'abord, je ne crois pas en un ordre qui s'appelerait dieu. Et l'amour d'un homme, d'une femme ne peut être remplacé. De plus, je pense que les religions de manière générale, et l'islam en particulier pour des raisons évidentes, sont dangereuses de par leurs systèmes de valeurs: foncièrement inégalitaires pour les femmes, légitimation des classes sociales, expansionnisme et donc guerres, conquêtes et soumission des peuples, etc.

    - l'islam est le principal vecteur de l'arabisation. Quiconque veut se frotter à l'islam est obligé d'en faire l'expérience et la démonstration en arabe. Regardez la toile d'Atanane: le mot amour (el houb) est écrit en arabe, et non en tamazight (il aurait pu mettre Tayri).

    Mais peut-être que ma fibre esthétique (au demeurant pas très développée) est trop conditionnée....

    Je regarderai plus tard de plus près....

    L.

    Message le Jeu 30 Aoû - 2:07 par fraka

    louisa a écrit:Azul Fraka,

    J'ai regardé un peu les tableaux. J'ai repéré celui qui porte une citation d'Ibn el Arabi, le maître à penser du mysticisme soufi. Personnage certes «épique», surtout si l'on sait que son modèle intellectuel est el Hallaj, l'un des premiers martyrs crucifiés de l'islam pour avoir manifesté publiquement «ses miracles et ses signes».

    Au delà du personnage d'el Arabi, qui je l'avoue est intéressant (à ce qu'on dit, il aurait influencé Dante), je ne me suis pas senti emballée (sur le plan des émotions) par les toiles d'Atanane (le peintre).

    Loin de moi de lui faire un procès, la création artistique devant être libre de toute considération (sinon on deviendrait tous des staliniens ou des islamistes), je n'ai pas vibré à la vue de ces toiles pour au moins 2 raisons:

    - le soufisme obeit avant tout à l'islam, dont il n'est qu'une pratique exacerbée. L'Amour de dieu doit remplir notre vie. D'abord, je ne crois pas en un ordre qui s'appelerait dieu. Et l'amour d'un homme, d'une femme ne peut être remplacé. De plus, je pense que les religions de manière générale, et l'islam en particulier pour des raisons évidentes, sont dangereuses de par leurs systèmes de valeurs: foncièrement inégalitaires pour les femmes, légitimation des classes sociales, expansionnisme et donc guerres, conquêtes et soumission des peuples, etc.

    - l'islam est le principal vecteur de l'arabisation. Quiconque veut se frotter à l'islam est obligé d'en faire l'expérience et la démonstration en arabe. Regardez la toile d'Atanane: le mot amour (el houb) est écrit en arabe, et non en tamazight (il aurait pu mettre Tayri).

    Mais peut-être que ma fibre esthétique (au demeurant pas très développée) est trop conditionnée....

    Je regarderai plus tard de plus près....

    L.

    Azul, bonjour à toutes et tous!!

    Je vais bien au delà dans ma perception "négatrice" des religions en affirmant qu'elles sont tout simplement intellectuellement castratrices. Ce besoin de se tourner vers l'invisible, l'improuvé, cette tendance à se trouver un "pardonneur" universel qui nous lave de toutes nos bassesses me semble participer d'une vaste escroquerie et au final pour les détenteurs et les professeurs de la "foi", de l'application d'un pouvoir au fond politique.

    Maintenant, au sujet du lien, j'avoue être bien inculte sur le sujet. J'essaie d'ouvrir des sujets qui me paraîssent intéressants dans leurs globalité. A une époque, certaines personnes me disaient: "Comment, toi qui pousse ta kabylité à l'extrème, peux-tu employer des mots d'arabe dans ta conversation?" Eh bien, tout simplement parce que j'ai trouvé la langue en l'état, et qu'en apprenant cette langue, je me suis tout naturellement mis à jurer "ahq rebbi" et à utiliser des mots en arabe tels que le kabyle les a intégré. (Je me corrige assez facilement MAINTENANT!!) Quatorze siècles d'arabo-islamisation, même syncrétique, n'ont pu manquer de nous polluer. L'art n'a pas échappé à cette hégémonie.

    Ar tafat.

    Message le Jeu 30 Aoû - 12:20 par windejjatmeziant

    Azul,
    Pour l arabe classique, "haq rebbi" voudrait dire La loi de Dieu (charia).
    Pour le kabyle, est ce que "ahq Rebbi" veut dire la part de Dieu qui ne se limite pas seulement a sa loi mais bien a plus telle que la nature, la terre, l univers (dans le psyche kabyle dont l histoire ne remonte pas seulement au 7eme siecle AD).

    Je pousse plus loin et avance que la verite en kabyle se dit "tid'ett" (tidhets) alors qu en arabe, elle se dit "haqiqa", au sense de la verite de DIeu. SI le kabyle voulait jurer de la verite de DIeu, il aurait dit "s tid'ett n rebbi", mais il dit :-) "ahq rebbi". A mon avis, il faut lire "ahq" au sens "de ce qui lui appartient" ou revient a Dieu: "l-h'aqqis". Il me semble qu en arabe on dit "huquq" pour devoirs (Ferratus peut m aider avec cela. Je n ai pas de dictionnaire en main pour verifier).

    S tiddett n Ilu ihi.. ou carrement, s Tidett n rebbi! Qu il m epargne sa charia bien sur.

    Quand a l art, c est le vouloir de l humain a creer sa propre nature "abstraite", celle qui decoule de son ame propre. Mimique t elle celle d un Dieu? Je dirais plutot que c est une ebauche de l artiste a etre Dieu. Demandez a un sculpteur :-).

    W.
    Question: y a t il un lien entre "awussu" et "da3wessu". Certains disent que ce dernier vient de "daa'(priere, daawa) al ussu(du mal)" ( au sens de jeter un mauvais sort en kabyle). Je fais le rapport avec la chaleur infernale dont il est question dans Awussu. Je specule pour approcher la verite'.
    fraka a écrit:je me suis tout naturellement mis à jurer "ahq rebbi"

    Message le Ven 31 Aoû - 1:02 par fraka

    windejjatmeziant a écrit:Azul,
    Pour l arabe classique, "haq rebbi" voudrait dire La loi de Dieu (charia).
    Pour le kabyle, est ce que "ahq Rebbi" veut dire la part de Dieu qui ne se limite pas seulement a sa loi mais bien a plus telle que la nature, la terre, l univers (dans le psyche kabyle dont l histoire ne remonte pas seulement au 7eme siecle AD).

    Je pousse plus loin et avance que la verite en kabyle se dit "tid'ett" (tidhets) alors qu en arabe, elle se dit "haqiqa", au sense de la verite de DIeu. SI le kabyle voulait jurer de la verite de DIeu, il aurait dit "s tid'ett n rebbi", mais il dit :-) "ahq rebbi". A mon avis, il faut lire "ahq" au sens "de ce qui lui appartient" ou revient a Dieu: "l-h'aqqis". Il me semble qu en arabe on dit "huquq" pour devoirs (Ferratus peut m aider avec cela. Je n ai pas de dictionnaire en main pour verifier).

    S tiddett n Ilu ihi.. ou carrement, s Tidett n rebbi! Qu il m epargne sa charia bien sur.

    Quand a l art, c est le vouloir de l humain a creer sa propre nature "abstraite", celle qui decoule de son ame propre. Mimique t elle celle d un Dieu? Je dirais plutot que c est une ebauche de l artiste a etre Dieu. Demandez a un sculpteur :-).

    W.
    Question: y a t il un lien entre "awussu" et "da3wessu". Certains disent que ce dernier vient de "daa'(priere, daawa) al ussu(du mal)" ( au sens de jeter un mauvais sort en kabyle). Je fais le rapport avec la chaleur infernale dont il est question dans Awussu. Je specule pour approcher la verite'.
    fraka a écrit:je me suis tout naturellement mis à jurer "ahq rebbi"

    Azul, bonjour à toutes et tous.

    Je ne sais pas si tu as bien saisi mon propos. Je répète: La religion pour moi est inhibitrice, dans le sens où l'on "s'en remet" à une divinité et que l'on peut justifier n'importe quel acte sous prétexte d'une volonté divine implacable et imparable.

    Un enfant meurt, (la chose la plus injuste qui puisse exister à mes yeux) et on te dit "i fit arbi"!! Voilà où je refuse et nie l'existence même de dieu. Le refuge dans la fatalité est pour grande part (entre autres) dans le fait qu'aujourd'hui nous avons du mal à mobiliser et promouvoir des actions pérennes dans le temps en Kabylie.

    On conclut la vente d'un bétail: "llah i rbah", on ouvre une réunion di tajmaat, on invoque "llah", à la fin d'une intervention, le sempiternel:" ma uqmagh hamdullah, ma dulmagh staffillah" (formule que certaines têtes brûlées de mon village inversaient pour provoquer.) Bref, on n'en sort pas, et la vie quotidienne est codifiée en permanence par ce dieu omniprésent et tellement commode!!

    Maintenant, chacun est libre de se choisir une béquille pour l'aider à avancer et bien souvent pour l'aider à affronter sereinement sa propre inconsistance...

    Ar tafat.

    Message le Ven 31 Aoû - 10:27 par windejjatmeziant

    Fraka,

    yemmut Rebbi.
    Dieu est mort.

    Quand je fais reference a Dieu, c est simplement comme tu dis la bequille qu il faut pour communiquer avec ceux qui y croient. L humain, incarnation de ce qui est dit "divin", doit vivre en fonction de ce qui l entoure. Il devellope un language, une facon de proceder, commensurable avec son milieu.

    par exemple, s il n en tenait qu a moi, je transformerais la mosquee de mon village en ecole kabyle. Mais certains des miens y verront une atteinte a leur liberte de culte. Comment puis je le leur refuser alors que je prone la liberte de culte?

    Les formules de language que tu cites sont vides et inconsequentes dans le conscient kabyle, tout comme toutes les sourates que nos grandmeres se sont echinees a repeter. Car ces gens la qui les usitent vivent dans un autre monde, et non le notre. En plus, il faut connaitre l arabe pour le savoir. Curieux quand meme que connaitre l arabe a l effet oppose' que celui escompte': celui de nous arabiser! Le meme constat peut etre fait chez ceux des notres qui repetent ces formules sans en connaitre le sens: ils ne sont point arabise's! La guerison est simple si la mise en eveil est douce.

    On ne peut pas les envoyer au diable. Mais, telle une mere qui s affranchit et se retrouve en l amour de ses enfants, nous devrions faire notre possible de les conscientiser avec justement beaucoup d amour.

    We do not live in a vacuum.

    S tid'ett rebbi!

    W.

    Message le Dim 16 Mar - 3:35 par mina

    bjr, tt le monde, je ss Mina d'Oran, pr ceux qui ne connaissent pas Oran, c'est à l'ouest algérien. je fais parti de l'association culturelle NUMIDYA "tiddukla tadelsant tanaddalt numidya" on est une vraie famille, même si on est loin de notre belle rebelle kabylie mais le fait que ns soyons proches les uns des autres et surtt parmis une population arabe qui ns détéste, ns sommes comme même assez forts et solides.
    je tiens à vs remercier pr votre forum, pr tt, franchement, tt est super, le choix de son nom, les photos, les sujets.
    je tiens aussi à vs remercier, raison pr laquelle je vs écris, pr la séquence filmée de "ANZAR" c'est un de mes comptes préférés. c'était trop émouvant de voir la fille ds le personnage de la vrai femme d'anzar, la vieille compteuse, la fille de la fin avec son joli rire, ses cheuveux crépus, sa belle dance et son super costume, c'est magnifique.
    je vs remercie pr ces moments de pur bonheur que je passe en vs lisant.
    tanemmirt n-wen yakk.
    ssarame& ad id terrem s lewjab &as ma tbe3dem fell-ane& maca leqbayel way-gar-asen, myehmalen, wa ur ittajja wayed ad ye&li.
    ar tufat
    s tin n tegmat
    mina

    Message  par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 21 Nov - 3:16