Yessis n Teryel

Amuggar n Teqbayliyin - Forum des femmes kabyles


    briser la glace...

    Partagez

    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21
    Date d'inscription : 17/10/2006
    18012007

    briser la glace...

    Message par Admin

    j'encourage fortement les membres inscrits à se présenter, à expliquer le choix de leur pseudo, à nous informer sur leurs attentes du forum, à donner leur avis sur ce qui existe déjà sur le forum ou à initier d'autres sujets...

    sinon, allons-y au salon Urrar lxalat...les hommes aussi.Smile

    tanemirt...
    Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

    avatar

    Message le Mar 4 Nov - 20:35 par louisa

    Azul Kateb, ak,


    Pour ne pas aller dans tous les sens, je vais restreindre ma brève réponse à la femme.

    Gabriel Camps, le grand historien des Berbères, a consacré un livre à des figures féminines berbères dans son livre L'Afrique du nord au féminin.

    Il dresse le tableau de 20 (si ma mémoire est bonne) femmes berbères, représentant des époques historiques différentes de l'Afrique du Nord. Je cite, de mémoire et pas forcément dans l'ordre chronologique: Didon, la fondatrice de Carthage, Sophonisbe, la femme de Massinissa, Monique, la mère de Saint Augustin, Dihya (Kahéna), la reine des Aurès, Zineb, l'instigatrice de la dynastie almoravide, Aurélie, une Française qui a régné longtemps sur la confrérie de la Tidjania ou encore plus près de nous, la Kabyle Fadhma n'Soumer.

    Au côté de ces figures, dont certaines n'ont rien de berbère selon moi, d'autres historiens ont mis en lumière d'autres figures qui ont marqué l'espace politique, social, etc. berbère.

    Donc, 0n ne peut qu'être d'accord que chez les Berbères, ont émergé des figures emblématiques féminines, à l'instar de tous les peuples du monde.

    Cela est indéniable. Encore faut-il rappeler que toutes ces figures ne représentent pas forcément, en tout cas selon mes critères, la liberté et l'indépendance. Fadhma n'Sumer s'est réfugiée dans la guerre et le mysticisme, comme l'a fait Jeanne d'Arc, pour fuir une réalité qu'elle ne pouvait transcender et où elle ne pouvait imposer ses désirs. Sa famille l'a bien mariée jeune et sans son consentement, selon les usages en cours. Elle a «feint»(?) la frigidité pour se refuser à son mari!

    Aussi, des femmes berbères chefs politiques, guerrières, influentes, il y'en a eu. Ce n'est pas cela qu'on discute. Le sujet est le suivant: Est-ce que que la femme berbère était-est libre, ou plus précisément l'égale de l'homme en droits, y compris avant l'avènement de l'islam?

    Sans reprendre tous les livres consacrés à la condition et au statut de la femme berbère, tu dois en connaître certains sûrement, la femme n'était pas l'égale de l'homme ni en Afrique du Nord ni ailleurs dans le monde. Rappelons une chose toute simple pour ne pas trop délirer. L'Égalité en droits, telle que nous l'entendons aujourd'hui, est toute récente. Elle a commencé en Occident, et uniquement en Occident, à la suite de la révolution industrielle. Le droit de vote remonte dans plusieurs pays à peine aux années 40!

    Avant, la femme n'était pas libre, pas plus en Afrique du Nord qu'en «islamland» ni ailleurs!

    A propos de Tajmaat, à la blague, je dirais ceci: si les hommes et les femmes étaient égaux et que c'est juste par souci d'«économie» de «places» qu'on y a restreint la participation à une personne par famille, pourquoi n'a-t-on pas pensé à y déléguer la femme, la vieille de la maison par exemple!?
    D'ailleurs affirmer que la participation par famille est d'une personne est faux! Tous les hommes majeures de la famille sont tenus de participer à tajmaat.

    De plus, j'en suis sûre que tu as dû faire le lien, dans tes nombreuses recherches bibliographiques, entre tajmaat et la «démocratie athénienne». La femme n'avait pas le droit de participer à la vie publique: elle n'était pas citoyenne.

    Quant à dire que le statut de la femme kabyle (ou berbère) s'est dégradé sous l'effet de phénomènes extérieurs, il faut quand même nuancer.

    L'islam, par exemple, a rigidifié plusieurs coutumes de chez nous. Un exemple: l'obligation de montrer le drap de la nuit de noces a été, selon certains chercheurs, instaurée par le droit islamique qui en fait une condition pour la validation du contrat de mariage. Mais on ne peut pas ignorer que l'obligation de virginité pour la femme était «institutionnelle» dans la société berbère à l'instar de toutes les sociétés méditerranéennes bien avant l'arrivée de l'islam.

    On pourra continuer les exemples...

    Je ne suis pas historienne de formation et l'histoire n'a, à mes yeux, de l'intérêt qu'arrimée au présent dans le but de le comprendre, de l'expliquer, de l'appréhender, de le «corriger» et de le projeter dans des valeurs de progrès et d'émancipation. Sinon, c'est l'obscurantisme, la regression, le fondamentalisme et la mystification qui prennent le pas.

    Message le Mer 5 Nov - 14:30 par Invité

    Kateb a écrit:
    Sinon le passé peut aider à comprendre le présent. Pour améliorer la "condition de la femme du 21 eme siècle" il faut chercher à savoir s'il en a toujours été ainsi, si c'est le cas certains auront beau jeux de crier " que c'est dans la nature des chôses et que l'on n'y peut rien" Si ce n'est pas le cas, comme je le pense, il faut comprendre par quels mécanismes la femme (et l'homme aussi) a perdu son droit de citer dans la société Nord-Africaine et comment inverser ces mécanismes.

    Salut Kateb,

    A mon avis les precedents historiques ne devraient pas avoir d'importance. Meme si les femmes n'ont jamais gouverne dans le passe, tout devrait etre fait pour que cela devienne possible aujourd'hui ou demain. Le simple principe dont on devrait se servir pour cela serait l'egalite des sexes. Essayer d'inverser des mecanismes qui ont mis des siecles (ou qui ont peut-etre toujours existe) a se mettre en place serait une perte de temps. Il faut inventer le futur des aujourd'hui.

    Karim

    Message le Ven 21 Nov - 19:15 par mmis

    azul,
    Desole' pour l' intrusion.
    je pense que c est l endroit ou se presenter.... meme brievement pour dire bonjour et que c est un plaisir immense que de lire de nouveau yessis n teriel.
    A tres bientot.

    mmis.

    Message le Lun 24 Nov - 20:37 par Invité

    Azul mmis,

    "Chez Obama" ca veut dire quoi? Chicago, ou tout simplement les USA (qui ne sont pas pas encore Chez Obama, il faut attendre le 20 Janvier)?

    Karim

    Message le Lun 24 Nov - 22:36 par mmis

    bonjour Karim,
    Oui, d tmurt n marikan. M-kec.
    En tout cas, la au moins on est bien servi bien que sa tache s annonce tres difficile.
    J espere que tteriel le guidera :-)
    merci.

    Mmis.
    PS: d tmurt n John Adams.

    Message le Dim 15 Mar - 5:33 par el.douwen

    salut à toutes et à tous
    je m'appelle Vincent, je suis français, je me suis inscrit pour plusieurs raisons
    je vous explique
    - un jour à Langon près de Bordeaux, j'ai entende un ethno-musicologue chanter de vieux airs inuits. Lui-même était de là bas. Il racontait que cette langue se perdait. En tant qu'ethnomusicologue, il parcourait les régions de ses ancêtres en quête de vieux connaissant des chants. Rien que la démarche, je trouve génial. Il chantait ces mélodies en s'accompagnant d'un tambour; j'ai été touché, vraiment, il y avait quelque chose. A la fin il a raconté que la vieille langue inuit (=eskimau) était très très imagée, et que les textes qu'il interprétait, il en comprenait tous les mots, mais que pourtant il était incapable de former des phrases avec ces mots tellement que la langue était métaphorique à un point extreme. Seuls 80 vieux dans son pays, s'exprimaient encore dans la langue. Quel trésor en train de se perdre... je suis évidemment allé le voir; je lui ai dit "moi, l'inuit ce n'est pas ma culture; je suis pas sûr que ça aurait du sens que j'essaie de l'apprendre, si tant est que j'y arrive..." il m'a répondu, "dans ce cas vous devriez trouver une langue métaphorique près de chez vous, c'est le cas, de nombre de langues orales, je vous conseille le berbère".
    Depuis, j'ai toujours gardé dans un coin de ma tête cette idée d'apprendre un jour le berbère. C'était il y a a peu près dix ans j'en avais à peu près 25.
    - chez moi à Saintes il y a 5 ou 6 ans, j'ai trouvé une enseignante d'origine berbère qui a tenté de m'apprendre un peu. Mais déjà c'était difficile de comprendre la traduction littérale des chansons de Ferhat. En plus la prononciation m'échappait complètement. Je me suis dit, peut être faudrait il que j'aille sur place..
    - j'ai découvert que vous aviez un alphabet magique, sorti des décombres, dont vous ne vous servez pas beaucoup mais qui moi me fascine; ça, ajouté aux parles de l'ethnomusicologue, et ma décision est prise: j'apprendrai au moins déjà quelques mots de tifinagh, dans l'alphabet magique.
    - j'ai trouvé sur un site d'échange linguistique un correspondant, Kamel, qui veut bien me mettre en contact avec des locuteurs pour m'enseigner les rudiments, les mots de base
    - j'envisage de venir sur le continent africain, c'est mon rêve, pour ma première venue sur le continent noir, de le faire en bateau, pour voir le rivage venir, et ne jamais oublier ce baptême. Les fois suivantes je prendrai l'avion peut être. Mais là ce sera par voie maritime. Fin avril j'ai un moment de libre, mais les visas pour l'Algérie semblent compliqués à obtenir. Il y a une ligne Marseille-Bejaia, mais comment faire
    - et puis je suis tombé sur votre site, un site de femmes. Je le trouve très bien fait même si je ne comprend pas pourquoi il y a de la pub à chaque mot. Et j'ai lu un petit peu sur les grandes figures féminines berbères qui ont marqué votre histoire. Je me suis dit, des femmes qui n'ont pas peur, qui ont le tchi (l'énergie, la force vitale), qui parlent, qui ne se laissent pas dominer ni par le machisme ni par le romantisme, qui sont elles-mêmes, et qui rayonnent. Il fallait que j'aille voir

    Donc je suis là et je vous salue, toutes et tous, au plaisir de vous lire et de discuter à travers ce forum

    À bientôt

    Vincent
    avatar

    Message le Mer 18 Mar - 19:50 par louisa

    Azul (salut) Vincent,

    Quel que soit le chemin que tu as emprunté pour arriver ici, tu es le bienvenu.

    Je trouvetouchant ton intérêt pour les miens, au point de vouloir apprendre notre langue au moment où nous, nous la perdons.

    Je connais un peu, et je le dis en toute humilité, la réalité non pas des Inuits, mais d'autres peuples amérindiens, notament ceux du sud du Québec (les Mohawks surtout) puisque je vis au Québec.

    Les langues amérindiennes ne sont plus des langues uniquement orales. En effet, ces peuples ont un semblant de reconnaissance et d'autonomie de gestion, qui leur ont permis de faire renaitre de leurs cendres leurs culture et langue. Dans les écoles amérindiennes, on enseigne en langue amérindienne par exemple.

    Comparaison n'étant pas raison, je tiens à préciser que je ne veux pas dire par là que le sort des Amérindiens est reluisant.
    Si tu as la chance de te procurer le film réalisé par le chanteur québécois Richard Desjardin, Le peuple invisible, tu seras touché par le sort que la civilisation occidentale a réservé à ces autochtones d'Amérique.

    Pour ce qui est des femmes berbères, leur sort est intimement lié à celui de leurs peuples: tous deux dominés et marginalisés! Et tant que les 2 ne font pas le chemin, ensemble, de remettre en cause leur domination par l'idéologie arabo-islamique, le chemin de la libération, de la liberté, est encore loin. Très loin.

    Des femmes qui ne se laissent dominer ni par le machisme ni par le romantisme. J'aimerais que tu élabores un peu plus, ça m'intéresse.

    Ar tufat (l'équivalent de votre «au plaisir»),
    Louisa

    Message le Dim 22 Mar - 9:21 par el.douwen

    Azul Louisa
    quand je dis "azul" j'ai l'impression de dire "ciel bleu" car ça me fait penser à "azur"
    quelle belle langue

    je répond pour machisme et romantisme dans un post que j'intitule "les femmes sont-elles contradictoires". Je ne sais pas encore dans quel forum je vais le mettre. Peut-être dans Aghmar > de la domination masculine.

    merci pour la référence au film, c'est un cousin à Arnaud Desjardin ?

    vivre au Québec, quelle belle expérience

    Vincent
    avatar

    Message le Dim 29 Mar - 20:17 par louisa

    Azul Vincent,

    Non, je ne crois pas qu'il y ait une filiation entre les deux. Smile

    Voici un extrait du film Le peuple invisible, sur le site officiel de ce chanteur (documentariste aussi) québécois très engagé.

    http://www.richarddesjardins.qc.ca/documentaires/index.html

    Message le Ven 7 Aoû - 8:00 par Targuith

    Bonjour,

    J'ai trouvé votre site par le plus grand des hasards...

    Je cherchais en fait une histoire complète de teryel (l'ogresse) pour la conter à mes filles... et à ma mère qui m'avait donné sa version en kabyle...

    Je vis en France et je connais l'Algérie même si je n'y suis pas retournée depuis ... assez longtemps.

    J'espère pouvoir un peu m'enrichir à votre contact et peut-être apporter un petit quelque chose ?

    Ar tufat.

    Targuith.
    avatar

    Message le Mar 11 Aoû - 21:47 par louisa

    Azul,

    ... et le hasard fait bien les (ou des?) choses....

    Ansuf yisem, axam d axam-im. Je profite de l'occasion pour souhaiter la bienvenue à toutes celles, tous ceux qui nous ont rejoints. Faites comme chez vous!

    Targuith, si tu commençais par nous conter ton rêve?

    Au plaisir,
    L.

    Message le Jeu 20 Aoû - 7:06 par Targuith

    Azul fellawent et fellawen,

    Merci Louiza de nous proposer cet espace de discussion, et pour répondre à ta question :

    Mon rêve ?

    Très simple et si compliqué à la fois : faire disparaître la misère, la haine et tout ce qui est néfaste sur cette terre pour laisser la place au bonheur... pour tous.

    Bien sûr, je rêve et pourtant, si chacun d'entre nous voulait bien...

    Alors pour être plus réaliste, j'aimerai bien faire une voire des actions humanitaires en Algérie, je réfléchis déjà à un projet, alors on verra dans quelques temps, In Challah.

    A très bientôt,

    Je reviens promis.
    avatar

    Message le Dim 30 Aoû - 7:06 par louisa

    Targuith,

    En effet, il n'y a pas de mal à préférer le bonheur, comme dirait Camus.

    Et c'est quoi le genre d'actions humanitaires que tu aimerais lancer en Algérie? Les femmes kabyles en profiteraient-elles?

    Louisa

    Message le Lun 31 Aoû - 0:37 par Targuith

    Bonjour Louisa,

    Je souhaites faire des projets visant les orphelins et personnes âgées qui se retrouvent seules ou abandonnées... en sollicitant justement les femmes.

    Le projet actuel se réalisera probablement en direction d'un orphelinat d'Oran mais j'espère pouvoir l'étendre en Kabylie (dans mon association nous sommes plusieurs algériennes entre autres et plusieurs kabyles notamment)...

    A ce propos, nous recherchons des adresses d'orphelinats ainsi que des structures accueillant des personnes âgées (peut-être faudrait il réfléchir à en construire s'il n'en existe pas ?).

    Voilà, concrètement un de mes rêves.

    Si des personnes veulent apporter leur soutien... ou leurs conseils, je suis preneuse.

    Bien cordialement,

    Targuith

    Message  par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 24 Mar - 4:04