Yessis n Teryel

Amuggar n Teqbayliyin - Forum des femmes kabyles


    La fête au bouc, negh Yennayer iqelwacen

    Partagez
    avatar
    louisa
    Admin

    Nombre de messages : 262
    Date d'inscription : 02/01/2007
    09012009

    La fête au bouc, negh Yennayer iqelwacen

    Message par louisa

    La fête au bouc, negh yennayer iqelwacen….




    La fête au bouc, un roman de Mario Vargas Llosa. Lieu de l’histoire: l’île de Saint-Domingue, à côté de Haïti (dans les Caraïbes). Une île qui vécut plusieurs colonisations, annexions, anarchie, violence. Jusqu’au jour où elle trouve «son Bienfaiteur» : Trujillo.



    Les personnages. Certains sont vrais : Trujillo, justement. Un dictateur, entouré de favoris aussi cons que violents. Balaguer, ce «président» fantoche, jusque-là médiocre sous-fifre du dictateur, appelé par les services spéciaux pour redresser la situation, «faire évoluer le pays vers une transition démocratique». D’autres sont fictifs : Urania, qui a fui Saint-Domingue et s’est réfugiée à New-York où elle devint avocate. Dans le livre, elle revient sur l’île où elle revoit son père, un dignitaire du régime de Trujillo.

    Bien-sûr, le livre regorge de personnages secondaires….



    C’est un roman sur les horreurs et la fin de la dictature de Trujillo. Au milieu du livre, on assiste à son exécution (en 1961). On s’attendait à ce que le peuple se rebelle, s’insurge, prend son destin en main. Rien de cela. Le peuple assiste à la reprise du pouvoir par un des anciens protégés de Trujillo, Balaguer. La force du roman justement est qu’il nous montre comment, concrètement, dans les têtes, une dictature arrive à se construire, à se maintenir et à se reproduire.



    Un peu comme en Algérie. Beaucoup même!



    C’est aussi un récit admirablement minutieux dans la description des portraits des personnages.



    Ainsi, on apprend tout sur les travers de Trujillo : il se poudre la face parce qu’il a honte d’avoir du sang noir dans les veines, il est mégalomane, manipule hommes du pouvoir et institutions (l’Église notamment), mais assez médiocre au point de ne pas voir le moment où ceux-ci le lâchent. Le roman décrit même les problèmes de vessie du dictateur.



    Cela ne vous rappelle-t-il pas un autre petit dictateur?



    Si, si. Au fil des pages, on ne peut s’empêcher de faire cette juxtaposition : Trujillo-Bouteflika.



    En cette année 2009, Bouteflika se présente pour un 3e mandat, après avoir rafistolé un chiffon qu’on appelle dans cette contrée maudite une constitution. Juste un minable chiffon malléable au gré des circonstances, mais assez constant dans son fond imbécile. L’islam est toujours religion d’État. Et l’arabe, aussi!



    Et bien-sûr, la multitude de sous-fifres, de sous-traitants, de prétendants, de paillassons. Et la prostituée rouge qui se maintient à coup d’injections de botox gracieusement fournies par la pègre du régime algérien. Et l’éternel chef rassembleur-diviseur de la démocratie et de la culture qui hurle encore et toujours, mais improbable Balaguer.



    Et pour contenir ses éventuels problèmes de vessie lors du scrutin d’avril 2009, Bouteflika a, semble-t-il, trouvé la parade : inviter des observateurs internationaux.



    Lesquels?



    L’Organisation de la conférence islamique, l’Union africaine, la Ligue des pays arabes et l’ONU. Le bouc sait choisir ses chèvres!



    Boutef finira-t-il comme El Chivo? À comprendre Vargas, les tyrannies ont un visage universel…et la fête au bouc a lieu traditionnellement en mai....



    Pendant ce temps, que fait le MAK-Université? Il appelle à une marche pour l’autonomie. Bien-sûr, après la manif-UNJA-Gaza à Tizi. Et à Tubirets. Mais c’est mieux que rien.



    Un jour, la bande du Djurdjura sera autonome. Là où même les Boucs ne sont pas intéressés à s’y aventurer….



    Au moins, le Hamas a eu «l’intelligence» d’élire ses quartiers au sein des populations : tout le monde sur le détonateur….



    I grayaghd a nesirem Yennayer ammegaz i qelwacen anda ma lan! Acku, imazighen fuken…..


    _________________
    «Je cherche des géants et je ne trouve que des hommes, me disait jadis une amie.» Le Deuxième Sexe. Simone de Beauvoir.
    Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 23:59