Yessis n Teryel

Amuggar n Teqbayliyin - Forum des femmes kabyles


    les femmes kabyles sont-elles toujours soumises...

    Partagez

    hassiba La bohème

    Féminin Nombre de messages : 9
    Localisation : paris
    Date d'inscription : 02/06/2009
    04062009

    les femmes kabyles sont-elles toujours soumises...

    Message par hassiba La bohème

    les femmes kabyles sont-elles toujours soumises à la domination masculine?
    Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

    Message le Jeu 4 Juin - 13:38 par hassiba La bohème

    Ces questions s'adresse aux hommes:

    qu'est ce qu'une femme, qu'est ce qu'une femme kabyle?

    Message le Mar 16 Juin - 18:43 par Thiziri

    Votre question ne s'adresse pas qu'aux hommes, elle s'adesse aussi aux femmes!
    Que vaut la liberté sans la culture qui va avec?!
    Comment dépasser la domination si on sait pas faire usage de sa liberté?
    Où commence la liberté et où finit la domination?
    Devient-on plus libre une fois qu'on a changé de rive, de quelle liberté s'agit-il?
    La domination et la liberté se disputent l'homme et la femme: prendre consience est la première étape!
    là où les femmes ne sont pas libres, c'est le hommes et leur société qui ne le sont pas.
    ainsi au Maroc par exemple, la femme berbère jouit d'une liberté plus significative que la femme arabe, c'est parce qu'elle occupe une place importante dans la vie productive (économie, valeurs...)
    Peut-on transposer cela à la France, ses minorités du côté des femmes?
    En ce qui me concerne, cla je le vis tous les jours!
    Cordialement

    Message le Mer 17 Juin - 15:42 par hassiba La bohème

    je réponds à Thiziri

    bonsoir,

    j'apprécie énormément votre réponse.
    j'ai précisé que ma question s'adresse aux hommes car, je voulais avant tout saisir leur visions des femmes kabyles;
    je trouve que l'imaginaire collectif kabyle est toujours basé sur une vision androcentrique. certes, il y a eu d'énormes changements du statut de la femme kabyle, mais ils ne touchent q'une minorité.ainsi le rôle de la femme kabyle est toujours prismé à travers cette grille de dispositions durables de domination masculine.

    neanmoins, les luttes des feministes, même de certains hommes kabyles et étrangers, à qui je rends hommage, combattent cet espèce de brume qui empêche la femme kabyle d'avancer au même titre que l'homme kabyle.

    bien à vous

    Message le Mer 17 Juin - 15:54 par Thiziri

    bonsoir,
    je continue à croire que seul une position franche peut permettre à la femme, -kabyle_ de s'émanciper vraiment et durablment.
    Une identité ça se vit, ça évolue: et aussi paradoxalement que ça puisse paraître, c la minorité qui pousse la majorité!

    Mais l'islamisme n'est-il pas un obstacle: la société n'a jamais été aussi islmisée, m^me dans le milieux français!
    est ce dangereux?

    Et puis, y a aussi une libertééééé sns lendemain, une image qu dénie le snens même de celle-ci
    qu'on pensez vous!
    Cordialemnt
    avatar

    Message le Sam 27 Juin - 6:44 par louisa

    Azul Thiziri,

    Il me semble que ta position est celle défendue par Hassiba, ou me trompé-je?

    L.

    Message le Sam 27 Juin - 16:58 par Thiziri

    oui ma position est proche de celle de Hassiba!
    le premier pas vers l'émancipation reste la prise de conscience: il faut déconstruire tous ce qui se disait et continue à se dire surla femme surtout dans nos sociétés de tradition islamique!
    je pense qu'il faut au plus vite passer à l'action, et l'action ce n'est pas seulement manifester mais s'imposer dans les centres de décisions, s'impliquer, être présentes!

    et je pense tout comme hassiba qu'il doit y avoir un travail d'objectivation entre mères et filles: celles-ci ne sont pas condamnées à revivre ce qu'ont vécu celles-là!

    la femme kabyle ne doit pas ignorer le monde d'aujourd'hui!
    Thiziri
    avatar

    Message le Dim 28 Juin - 11:37 par louisa

    Thiziri a écrit: il faut déconstruire tous ce qui se disait et continue à se dire surla femme surtout dans nos sociétés de tradition islamique!
    je pense qu'il faut au plus vite passer à l'action, et l'action ce n'est pas seulement manifester mais s'imposer dans les centres de décisions, s'impliquer, être présentes!

    et je pense tout comme hassiba qu'il doit y avoir un travail d'objectivation entre mères et filles: celles-ci ne sont pas condamnées à revivre ce qu'ont vécu celles-là!

    la femme kabyle ne doit pas ignorer le monde d'aujourd'hui!
    Thiziri

    Thiziri,

    Quelques questions pour faire avancer le débat fort intéressant:

    1. Par déconstruire ce qui s'est dit et continue à se dire, tu penses à quoi exactement?

    2. Quel est le lien que tu en fais avec la 2e proposition de ta phrase (les sociétés islamiques)?

    3. Peux-tu nous identifier quelques «centres de décision» que la femme doit investir et tu penses au fait à quel contexte: Kabylie?

    4. comment peut se faire ce travail d'objectivation?

    C'est tout un programme ton message. Alors, si tu peux développer...Smile

    Louisa

    Message le Dim 28 Juin - 11:56 par Thiziri

    Bonjour,

    a titre d'exemple (sur les dicours) on dit, c un provernbe et on connait l'autorité dans la tradition orale:
    iggenni yeghlb tamurt
    argaz yeghleb tametur
    et les générations reproduisent ça comme vérité absolue pourtant y a rien d'absolu dans la langue, que de l'arbitraire!

    avec l'interpretation fait de l'islam jusqu'à présent et l'évolution ''négtive'' de l'islm dans les region berbérophones, le durcissement va être plus pesant, et les clivages plus apparents même au sein d'une même famille!

    les centres de décision: faite un tour dans les région berberophones : les femmes sont presque absentes en politique y compris au niveau des mairies; quand aux réusnions de quartiers (tajmaât) n'en parlons même pas!
    et dire que parfois les femmes sont plus nombreuses que les hommes!
    le travail d'objectivation peut se faire avec une certaine critique de la vie passé: il faut limiter les bienfaits d'une vie dure! et puis, ce qui nous vient du monde n'est pas tout à prendre et n'est pas tout à refuser non plus: il faut savir se situer, être soi tout en étant universel(les)
    on peut enrichir ces points par des exemples concrets!
    cordialement
    T
    avatar

    Message le Dim 28 Juin - 20:09 par louisa

    Thiziri a écrit:Bonjour,

    a titre d'exemple (sur les dicours) on dit, c un provernbe et on connait l'autorité dans la tradition orale:
    iggenni yeghlb tamurt
    argaz yeghleb tametur
    et les générations reproduisent ça comme vérité absolue pourtant y a rien d'absolu dans la langue, que de l'arbitraire!

    avec l'interpretation fait de l'islam jusqu'à présent et l'évolution ''négtive'' de l'islm dans les region berbérophones, le durcissement va être plus pesant, et les clivages plus apparents même au sein d'une même famille!

    les centres de décision: faite un tour dans les région berberophones : les femmes sont presque absentes en politique y compris au niveau des mairies; quand aux réusnions de quartiers (tajmaât) n'en parlons même pas!
    et dire que parfois les femmes sont plus nombreuses que les hommes!
    le travail d'objectivation peut se faire avec une certaine critique de la vie passé: il faut limiter les bienfaits d'une vie dure! et puis, ce qui nous vient du monde n'est pas tout à prendre et n'est pas tout à refuser non plus: il faut savir se situer, être soi tout en étant universel(les)
    on peut enrichir ces points par des exemples concrets!
    cordialement
    T



    pour la deconstruction, je pensais a autre discours des plus pernicieux car portés par les élites kabyles, y compris les militantes kabyles, genre les femmes gardiennes des traditions, etc.

    tijemuyaa n'ont plus aucun pouvoir. c'est de la poudre aux yeux, des epouvantails en ruines.
    les vrais centres de decision sont du coté de l'administration. et il y en a des femmes caporales cooptées pour services rendus. alors...

    je ne crois pas qu'il y ait des femmes en kabylie a vanter les bienfaits de la vie dure. ceci dit, elles n'ont pas encore une conscience et un désir d'une reelle emancipation. tout comme les hommes d'ailleurs...

    tanmeir a massil...ia!

    Message le Mar 15 Sep - 15:40 par cupidon75

    dans les traditions touareg , je pense que la femme occupe une place assez significative par rapport a l'homme , et il parait que c'est cette place que doit avoir la femme notre culture amazigh .
    derriere chaque grand homme il ya une grande femme

    Message  par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 21 Nov - 3:03