Yessis n Teryel

Amuggar n Teqbayliyin - Forum des femmes kabyles


    Medjahed Hamid, Maître des Chants Amazigh de Kabylie

    Partagez

    allouchehakim

    Masculin Nombre de messages : 56
    Age : 43
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 11/02/2007
    13052010

    Medjahed Hamid, Maître des Chants Amazigh de Kabylie

    Message par allouchehakim

    Bonjour à nos ami(e)s du site Yessis N Teryel,J’ai le plaisir de vous inviter à lire le portrait biographique du Maître des chants Amazigh de Kabylie, Medjahed Hamid et d’apprécier quelques souvenirs à l’occasion d’anniversaire des 40 années consacrées à la chanson algérienne, organisé par l’Association El MARHABA de Ain Benian à Alger.

    Medjahed Hamid, Maître des Chants Amazigh de Kabylie:

    Cliquer sur le lien
    http://www.dailymotion.com/video/xd9npt_medjahed-hamid-maitre-des-chants-am_music



    Medjahed Hamid est auteur, compositeur et interprète de la chanson algérienne kabyle. Il est né à la Casbah à Alger, originaire d’Alma région d’Ichaladen en Kabylie. Son histoire passionnelle avec la musique commença à l’âge de 7 ans. On dit que souvent le hasard fait bien les choses! Néanmoins, il y a bel et bien de ces coïncidences qui se mettent sous la peau du grand talent prémonitoire.

    En effet, ce jour-là, le destin débuta par l’écho lointain qui résonnait à l’oreille d'Hamid enfant. Il voulait déjà entendre de plus près et comprendre le mystère. C’étaient des sonorités musicales venant d’un local appelé « l’étoile du matin ». En quête du son qui l’envoutait semant en lui pour l’éternité la magie de l’univers musical, il se retrouva finalement face à la porte fermée du local. Sa curiosité le fit regarder par le trou de la serrure. Il ne pouvait voir que 2 ou 3 musiciens.
    Dès cet instant, c’est devenu comme le fredonnement joyeux d’un refrain qu’on ne se lasse de répéter. Il refit la même chose; il continuait ainsi tous les soirs. Même les corrections de son père dues à ses rentrées répétitives et tardives à la maison ne le laissaient guère se résigner pour sa nouvelle passion du son et du chant. Il lui fallut attendre sa première paie pour se permettre d’acheter sa première guitare. Il s’entraîna à partir de 15-16 ans.
    Un jour, il écoutait une chanson Kabyle intitulée «Ach Nezman» tout en ignorant qui en était l’interprète. En fait, en cherchant la composition de cette œuvre, on lui dit que c’est le célèbre Chérif Kheddam, auteur, compositeur et interprète de la chanson algérienne kabyle. Ayant appris que cet artiste présentait une émission «Ighenayen uzekka» qu’il écoutait depuis 1967, il s’abstint de déposer sa candidature car à l’époque dans cette émission les deux instruments qui primaient étaient la guitare et la derbouka.
    Grâce à son cercle amical, le jeune Hamid s’inscrivit à une autre émission qui s’intitulait «Le music-hall si-radio» émission de Kamel Hammadi présentée par Achrouf Idir et M’henni. Lors de son passage, il rencontra les musiciens qu’il voyait, autrefois, par le trou de la serrure. Il chanta alors sa première chanson avec eux et n’hésita pas à leur demander à la fin leur avis. Ils étaient remarquablement surpris par la composition de sa chanson et par le fait qu’il leur donne le mode de la musique et la note principale (bayati-sol). Ils sont devenus dès lors ses premiers auditeurs. Sans doute, la chanson kabyle lui était comme un vecteur extraordinaire le motivant pleinement pour apprendre le kabyle à l’âge 20 ans en 1969.

    Pour Medjahed Hamid, la musique reste une passion authentique car parallèlement à sa vie d’artiste, il assurait une carrière professionnelle riche et diverse. Alors que ses chansons étaient très connues, écoutées, il a fallu attendre 40 années de carrière musicale, et cela après beaucoup d’insistance du public, pour que les 3 albums «Chants amazigh de kabylie» voient enfin le jour.

    Medjahed est un artiste très apprécié du public pour son talent, son humilité et conseil de maître. Il a fait connaître et aidé avec une générosité sublime plusieurs jeunes artistes dans son émission à la radio de chaîne 2 algérienne kabyle: «Ighennayen u zekka» (les artistes de demain). Il est connu comme étant un homme de principes qui a un franc parlé. L’une de ses célèbres expressions très connue est:«Ayen yelhan kan yelha!». Il est connu également pour la subtilité de son humour très estimé. La qualité du travail inspiré en terme de recherche musicale et la profondeur des paroles laissent le répertoire de ses œuvres incontestablement immortel, pour ne citer que quelques-unes: d-kem,Lmut, Imdebbren, Tawes (en hommage à Taos Amrouche, une artiste amazigh-kabyle, écrivain d'expression française et interprète de chants traditionnels kabyles),….

    De l’anecdote de l’enfant devant la porte close, on a vu naître l’histoire d’un maître détenant la clé du chant amazigh kabyle. Que dire de son œuvre? C’est l’art des mots et leur mise en musique qui nous berce l’âme en profondeur, celle du cœur. On ne remerciera jamais assez cet homme vraiment précieux. C’est un artiste qui a donné toute sa vie pour l’art et rien que pour l’amour de l’art et de la culture. Que de plaisir à l’écouter, quel privilège!
    Texte écrit par Hakim ALLOUCHE, Paris le 05/05/2010

    Cliquer sur le lien (vidéo déjà publiée sur le site d'Ighil Ali)
    http://www.dailymotion.com/video/x9l4u7_taos-amrouche-medjahed-hamid-ighil_music

    Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking


      La date/heure actuelle est Sam 25 Fév - 8:50