Yessis n Teryel

Amuggar n Teqbayliyin - Forum des femmes kabyles


    La femme et l’autonomie de la Kabylie

    Partagez

    Ferratus

    Masculin Nombre de messages : 23
    Age : 49
    Localisation : France
    Date d'inscription : 23/01/2007
    09022007

    La femme et l’autonomie de la Kabylie

    Message par Ferratus

    Je ne conçois pas l’autonomie de la Kabylie comme autre chose qu’un projet rationnel et démocratique. Je ne la conçois pas non plus comme une révolution morale et éthique de la voie kabyle « taqvaylit ». Au demeurant cette voie kabyle s’est accommodée de son temps et est moins rigide surtout en ce qui concerne « lhorma » et autres préceptes concernant le rôle de la femme et son archétype idéal. Mouloud Mammeri a démythifié la société kabyle. Il indique bien que la société kabyle est une société historique qui s’est codifié entre la fin du moyen âge et le début de l’ère moderne. Cela est concomitant à l’apparition de l’orthodoxie musulmane en Afrique du nord et la déliquescence des royaumes berbères musulmans. La voie kabyle s’est codifiée à cette époque en même temps que la Kabylie s’est enrichie d’une nouvelle population en quête d’un équilibre entre identité, foi et liberté. Il est intéressant de noter en passant que le vocabulaire emprunté à l’arabe dans le Kabyle est le vocabulaire de la langue savante, celui des villes à mille lieux du parler Hilalien. Cela prouve bien une acculturation des ces berbères mais aussi leur proximité avec les centres de culture et de décision. Dommage que ce vocabulaire ait remplacé le vocabulaire berbère tout aussi étoffé et sophistiqué.


    Comme le dit Mouloud Mammeri, c’était un reflexe de survie, ces kabyle ont sut trouver le consensus, le modèle qui permet non seulement de vivre ensemble mais de gérer la rareté économique et d’assurer l’autodéfense contre tous les makhzens. Nous pouvons reprocher à nos ancêtre d’avoir faillit depuis l’arrivée des premiers conquérants musulmans mais ils ont sut nous bâtir ce sanctuaire kabyle où nous avons tant de choses en commun ! C’est le même défi qui se pose à nous aujourd’hui. Les mêmes raisons qui ont causés l’oubli de la langue et la négation de cette culture (émigration, acculturation, religion, domination d’un état central) conduiront à notre disparition. Nous avons bénéficié d’un sursis de quelques siècles mais ce pseudo équilibre à eu des effets anesthésiants.



    Je suis intimement persuadé que les ressorts profonds de la société kabyle/berbère permettent à la femme d’être un acteur social et politique positif. Je ne me réfère pas seulement à l’origine matriarcale de notre système mais à deux exemples historiques, deux femmes qui non seulement ont été à la tête de la résistance mais l’ont initiée : La Kahena/Dihya païenne ou juive et Lla fatma n soumeur, la musulmane issue d’une tribu maraboutique. Je suis pour l’autonomie de la Kabylie et pour son indépendance dans une seconde étape. Farhat est à la tète du MAK. Cela aurait été une femme je souscrirais de la même façon à son programme.



    Que dites vous de ca : « la politique, science de second ordre, où le flair instinctif, la rouerie naturelle, la séduction, l’habilité, les finesses et les subtilités triomphent sans cesse des raisonnements les plus saints se prête infiniment bien au développement complet de toutes les qualités natives de la femme » ce n’est pas la traduction d’un prêche mumuz, c’est d’un homme, pas le plus petit des esprits, pas le plus réactionnaire non plus : Guy de Maupassant. C’est pour dire que les préjugés ne sont pas le fait, du Montagnard, de la montagne de « taqvaylit » mais malheureusement sont partout où là domination sociale est un moteur : les animaux et les hommes !



    Selon le degré de cette autonomie kabyle, les femmes auront plus de garantis juridiques du droit positif et de reconnaissance sociale, c’est de ce degré que dépend l’affranchissement du code de la famille que l’état algérien a pondu. Louisa, sur un autre site que tu connais bien, les algeriannistes (Ceux qui s’en revendiquent) veulent plutôt adapter le pas de la Kabylie à celui de l’Algérie. Justement cette condition de la femme dans une Kabylie libre peut être un modèle et avoir des effets d’entrainements sur ce pays peuplé de gens qui se disent nos frères et qui veulent notre mort.



    Je termine en citant jean ferrat "…Pourtant que la montagne est belle…… !"


    Dernière édition par le Sam 10 Fév - 11:37, édité 1 fois
    Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

    Message le Sam 10 Fév - 11:35 par Ferratus



    Erreur de manip le message s’est retrouvé en doublon ! Correction effectuée !

    Message le Mar 21 Aoû - 17:42 par Ferratus

    Tassa bonsoir,

    D’abord je m’excuse si vous êtes heurtée du fait que ma réponse à un message privé paraisse de manière publique. Je revisite le forum yesssis n teryel (bravo à Louisa pour son originalité et sa perspicacité). Votre question sur ma conception de l’autonomie est très intéressante et en même temps légitime. Effectivement cette idée a besoin d’être explicitée et défendue. Je me permets donc de livrer de manière publique la réponse que je vous ai faite parvenir

    Votre intérêt pour cette idée de l’autonomie de la Kabylie me fait plaisir car j’y adhère totalement et que j’ai signé la pétition initiée par le MAK, mouvement pour l’autonomie de la Kabylie. Au cas où vous ne le connaissez pas encore voila le site du mouvement : www.makabylie.info.L’animateur du mouvement est Ferhat Mehenni, l’artiste et l’homme politique que vous connaissez certainement.
    Nous pouvons partir d’un constat simple, il y a une identité amazighe originelle de l’Afrique du nord. Au fur et à mesure de l’histoire cette identité s’est retrouvée cantonnée et retranchée dans des entités géographiques comme la Kabylie. Ce repli est un choix de survie car il y a opposition entre un système de valeurs kabyle/berbère et un système hégémonique arabo-islamique qui ne tolère pas la différence


    Une grande partie des kabyles est musulmane, mais leur façon de concevoir la religion, leur représentation ne coïncide pas avec la culture et l’idéologie dominante. Cette opposition, n’est pas due aux kabyles, qui pratiquent pour beaucoup cette religion et qui se sont acculturés. Ils ont choisit plutôt une défense passive en se repliant dans leur sanctuaire. Ils sont par contre
    continuellement en butte à la volonté d’assimilation totale et de reniement de l’idéologie arabo islamique et de l’état algérien. Cette volonté s’exprime par la violence.

    La Kabylie était une entité autonome avant l’invasion française, c’est la France qui a arabisé la Kabylie. Je vous fais grâce des péripéties de la guerre de libération nationale qui a fait que les kabyles ont sacrifié leur identité au profit de l’unité d’une nation mythique qui se résume à l’arabe et à l’islam. Aujourd’hui il ne s’agit plus de demander aux kabyles de se sacrifier pour l’Algérie, chose qu’ils ne sont pas décidés à faire mais à disparaître au nom de l’arabité et de l’islam. Il n’est même plus question de ce mythe fondateur de la guerre de libération nationale mais de soumission totale à une culture et une idéologie : l’arabo-islamisme. Le dernier printemps berbère c’est prêt de 200 morts avec des munitions de guerre et des milliers de blessés……….


    L’autonomie est la seule voie pacifique qui nous permette de sauver quelque chose. C’est la capacité d’avoir un pouvoir de décision, de pouvoir enseigner tamazight comme ont le veut et pas comme le système le souhaiterais. C’est la possibilité d’agir en politique économique localement et de ne pas se résoudre à partager la misère et la gabegie que nous offre ce système malgré un prix du pétrole qui atteint des sommets. C’et la possibilité d’avoir une bonne gouvernance car la dictature n’est pas la fatalité des régimes africains, c’est une imposture. La démocratie ce n’est pas l’apanage des pays « développés » d’ailleurs elle n’a pas de rapports si étroits avec le capitalisme. Notre système kabyle a pu faire vivre ensemble des millions de gens, à pu assurer leur survie économique pendant des siècles, cela veux dire que notre système de valeur à ce qu’il faut d’humanisme, de justice et d’équité.


    Je suis pour l’indépendance, mais je pense que l’autonomie est intéressante comme étape pour diverses raisons : D’abords c’est avec des partis politiques légitimés par leur gestion d’une Kabylie autonome que l’on pourra avec le maximum de consensus exiger l’indépendance. Ensuite l’autonomie étant un système éprouvé de fonctionnement ex catalogne en Europe, nous pourront l’arracher plus facilement au système algérien. Cela posera en plus moins de difficultés au monde de nous soutenir

    L’autonomie c’est la possibilité d’exister tout simplement, de parler et de transmettre tamazight et ses valeurs, c’est aussi la possibilité de vivre dans Notre système de valeur :
    Oui une Kabylie autonome est laïque
    Oui une Kabylie autonome admet la religion comme une option de l’esprit et comme une forme de spiritualité qui appartient à la sphère privée
    Oui le kabyle sera la langue enseigné en priorité avec une ouverture sur toutes les autres langues berbères et étrangères
    Oui en matière économique le but n’est pas de prendre une place dans la frénésie capitaliste et une autre dans la course à la compétitivité. Le but est d’assurer la vie confortable de millions de kabyles avec nos atouts : matière grises donc services, agriculture, tourisme, industries non polluantes. Il ya des ressources minières inexploitées aussi.
    Oui une Kabylie autonome a envie d’être un modèle d’humanisme
    Oui le droit positif ne reflétera que les valeurs des berbères :égalité, justice, dignité de tous, la même capacité des femmes et des hommes….

    Y arriverons-nous ? L’enjeu c’est notre survie ! C’est nous qui en décideront, nous devrons faire face aux circonstances et à ceux qui s’y opposent. Ce que nous pouvons et devons faire c’est commencer par construire ce consensus kabyle au sujet de l’autonomie de la Kabylie nous seront d’autant plus forts pour l’arracher

    Mohand
    Ferratus


    Dernière édition par le Ven 24 Aoû - 5:14, édité 1 fois

    Message le Mer 22 Aoû - 7:19 par nora

    Azul Ferratus, ak,


    Merci pour cet effort d'explication quant au lien (à faire) entre revendication de l'autonomie de la Kabylie et celle des droits de la femme kabyle.

    Lorsque Ferhat est venu au Québec en octobre 2006, il a donné une conférence à la Sociét Saint-Jean-Baptiste, une «association» qui est versée dans la défense de la langue française et l'indépendance du Québec.

    À la fin de la conférence, j'ai glissé tout doucement et en privé à Ferhat: tu aurais dû parler de la condition de la femme...

    Quelques semaines plus tard, une pseudo journaliste d'origine kabyle occupe les devants de la scène québécoise: Nadia Zouaoui, avec son fameux documentaire Le Voyage de Nadia. Si «la communauté kabyle» a, dans son ensemble, très mal reçu ce documentaire pour des raisons justifiées et surtout des nuances que seule elle (la communauté) peut comprendre, l'opinion publique québécoise a plutôt été très «receptive» quant au thème.

    Pourquoi?

    Parce que pour la société québécoise, la «question de la femme» n'est pas une question conjoncturelle, «accessoire», «opportuniste» que l'on exhibe pour faire propre, moderne, démocrate, comme on exhiberait le dernier joujou technologique.

    Elle (la question de la femme) correspond à un reel et profond mouvement de transformation de la société dans le sens du progrès et de la modernité. L'égalité entre hommes et femmes fut un des principaux leviers de modernisation, et donc de survie, de la société québécoise.

    Avant ce qui est communément appelé La Révolution tranquille (les années 60), symbole de l'entrée du Québec dans la modernité, la société québécoise, à dominance fortement rurale, vivait une époque de noirceur politique, d'arriération économique, d'analphabétisme, de domination linguistique, de pauvreté sociale, de mainmise du clergé sur la population, y compris sur leur intimité. Ainsi, «la planification familiale» étant interdite, la femme québécoise se reproduisait jusqu'à épuisement. La famille type de l'époque (jusqu'aux années 50, début des années 60) était composée de 15 enfants ou plus !

    De cette société rurale pauvre, arriérée et dominée par les anglophones, les Québécois en ont fait une société moderne.

    La Révolution tranquille a eu comme précurseurs les artistes, avec l'acte fondateur de leur engagement à travers le manifeste Le Refus global:
    Refus d’être sciemment au-dessous de nos possibilités psychiques et physiques.

    Autre levier puissant, l'économie: lancement des premiers grands chantiers économiques, mais surtout nationalisation des ressources hydroélectriques par le gouvernement libéral Lesage. Ceci a abouti à la «création» d'une «bourgeoisie» québécoise devenue le pilier de la revendication nationaliste;

    À la même époque, le Québec se dote, pour la première fois de son histoire, d'un système éducatif moderne, démocratique et gratuit (la réforme Parent).

    Et enfin, autre puissant levier de cette transformation radicale de la société, le féminisme, dont l'un des textes fondateurs L'Euguélionne et consacré par l'histoire officielle est d'une grande violence symbolique...
    Femmes de la Terre, nettoyez vos yeux à l’encaustique, brûlez-vous les yeux à l’encaustique, dit 1’Euguélionne. Mettez dans vos veux des couleurs de soude, rouge ou verte dans l’un, bleue ou jaune dans l’autre, passez-vous les yeux aux couleurs du prisme solaire, afin que vous ayez un nouveau regard, afin que vous jetiez sur le monde et sur vous-mêmes, un regard nettoyé, un regard lavé, un regard neuf et coloré. Ayez un regard nettoyé des préjugés sur vous-mêmes. Ayez un regard lavé des ignominies qui vous collent encore à la peau des paupières. Que ce soit là votre coquetterie d’aujourd’hui.


    Aussi, les autonomistes kabyles doivent faire de la question des droits des femmes une question fondamentale et non opportuniste si l'on est sérieusement préoccupé pas seulement par les formes du pouvoir mais par une réelle transformation de la société kabyle dans le sens de la modernité, la vraie, pas celle uniquement de la technologie et de l'industrie. Celle-ci, même les islamistes, surtout les islamistes, en veulent!
    On ne peut concevoir la modernité sans les droits des femmes. Autrement, on n'a rien compris à rien!

    Dans ce cas, l'autonomie de la Kabylie ne peut être juste une revendication de pouvoir politique, mais devrait être une véritable entreprise de transformation des mentalités, des comportements et des attitudes!
    Démolir l'ancien ordre, briser les fatalités, éduquer, rompre avec la pédagogie de la corruption et du mimétisme, innover...

    Et je me suis mise à imaginer à des formes de subversion «économiques»

    - Si les Kabyles créait leur propre parlement, élu démocratiquement, sans honoraires et dont la tâche, la SEULE tâche serait de dresser une espèce d'Audit des besoins de la Kabylie, en ayant comme seul cahier des charges la prise en compte des aspirations récentes des Kabyles?
    - Si les Kabyles s'emparaient de toutes les écoles de Kabylie, ne serait-ce, dans un premier temps, pendant l'été pour initier de grands chantiers d'éducation populaire: alphabétisation à grande échelle en langue kabyle...
    - Si les femmes Kabyles y participaient pour donner des cours sur les premiers soins, les règles de base de l'hygiène infantile, des cours sur la sexualité et l'anatomie, la valorisation du travail domestique et de l'économie familiale? Activités auxquelles les hommes pourraient grandement contribuer...
    - Si les Kabyles plaçaient sous surveillance les zaouias et les imams, quitte à «les répudier» s'ils ne font pas l'affaire?
    - Si les kabyles se réappropriaient les GLD (groupes de légitime défense), les placer sous le contrôle villageois et faire par eux-même la chasse au terroriste?
    - Si les Kabyles instauraient leur propre système de justice, avec des lois modernes? un tribunal qui jugerait, àvec les instruments juridiques modernes, des assassins comme Mira et cie?
    - Si les technocrates et autres spécialistes kabyles, de la diaspora et de Kabylie, formaient des comités de coopération pour des «propositions» de projets de développement?
    Qu'est-ce qui empêche, aujourd'hui, avec toutes les facilités dues à la technologie, des spécialistes kabyles de l'éducation de jeter les bases théoriques d'un système éducatif kabyle? la proposition d'un corpus littéraire kabyle? d'un programme de formation en direction des enseignants kabyles de Kabylie? Les exemples peuvent être multipliés en santé, en environnement....
    - Qu'est-ce qui empêche les autonomistes de rompre avec les anciens schémas? ceux expérimentés avec le FFS puis le RCD? qu'est-ce qui les empêche de réaliser la rupture définitive d'avec l'agitation politicienne qui a coûté tant à la Kabylie sans aucune contrepartie?
    - Qu'est-ce qui empêche aujourd'hui les Kabyles d'avoir un média sur le net, un vrai, qui soit consacré UNIQUEMENT à la construction d'un point de vue kabyle, pour les Kabyles? des informaticiens kabyles, il y en a pourtant....
    Pourquoi les Kabyles du Canada devraient aller sur un site algérianiste du RND pour prendre connaissance des activités qui leur sont, soit disant, destinées?
    Pourquoi les Kabyles de France, immigration ancienne et plus aisée, n'a-t-elle que des sites charlatans à s'offrir?
    Pourquoi les Kabyles de Kabylie n'ont-ils qu'un site d'un ancien oukaze du système, plus préoccupé à vulgariser les sourates et les zaouias, pour les représenter?

    et....

    Bonne journée

    Nora L.

    Message  par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 19 Sep - 5:29