Yessis n Teryel

Amuggar n Teqbayliyin - Forum des femmes kabyles


    A Taninna

    Partagez
    avatar
    louisa
    Admin

    Nombre de messages : 262
    Date d'inscription : 02/01/2007
    10082007

    A Taninna

    Message par louisa

    Azul,

    Quelle agréable surprise de découvrir que tu t'es faufilée dans La Chambre à soi. La surprise est d'autant plus agréable de découvrir qu'elle t'inspire pour écrire sur nous, les femmes.

    Alors, selon la formule consacrée: axxam d'axxam-im!!! Et surtout, ne te laisse pas tirer la couverture par Hakim, ce terrible fils d'Ighil Ali...Smile

    Sinon, pour répondre à ta question sur les néologismes qui ont servi à traduire les noms de rubriques (travail à continuer), j'ai utilisé le dictionnaire fr-ka sur le site du MAK.

    Pour ce qui est du questionnaire, je te pose 2 petites questions sur ta motivation profonde de chanteuse:

    - Quelle est la thématique principale de tes chansons? Pourquoi?
    - Que penses-tu de la situation actuelle de la femme kabyle?

    Je laisse à «ton fan club» le soin de te poser les questions classiques sur ton âge, la couleur de tes yeux, etc.
    Je suis sûre qu'ils sont déjà plusieurs à succomber à ton audace... et à ta fraîcheur!

    Maintenant, ils ont leur Loundja sur le forum...Smile

    Affectueusement,

    Louisa


    _________________
    «Je cherche des géants et je ne trouve que des hommes, me disait jadis une amie.» Le Deuxième Sexe. Simone de Beauvoir.
    Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

    Message le Ven 10 Aoû - 11:32 par taninna

    Azul a Louisa,

    Vraiment je suis touchée, un post rien que pour moi, atas Embarassed negh ala ?

    Alors par où commencer? j'ai beaucoup de choses à dire. D'abord merci pour cet accueil chaleureux et sincère, ça me va droit au coeur. Merci également pour "la chambre à soi". J'ai hésité avant d'y poster pour la bonne et simple raison que c'est pas évident de mélanger les genres et ne voulant pas embrouiller les esprits, j'ai longtemps omis de dire que j'étais à la fois dans la chanson et dans l'écriture.

    L'intitulé de la rubrique "axxam n tira" m'a beaucoup plu et m'a poussée derechef à y apposer une autre facette à mon profil. Effectivement j'écris depuis toujours, l'écriture (en français et plus tard en kabyle) m'est venu bien avant la chanson. J'avais peut être 13 ans 14 ans lorsque je noircissais mes pages de cahier de textes à la rubrique samedi. Puis après j'ai commencé à les garder, pour rire. C'est devenu une collection, aujourd'hui, près de 900 pièces ornent mes classeurs poésie/isefra. quand je les relis, les premiers surtout je trouve cela niais. Mais c'est un passage obligé. on se construit une plume, une voix, un nom en grandissant tout comme on se forge un caractère en escaladant les embuches.

    Puis le bac en poche, je me suis dirigée tout naturellement vers ce qui correspondait à mes aspirations : les sciences humaines et après quelques mois à découvrir des généralités, je suis tombée en amour avec ce qu'il y a de plus scientifique dans les langues : la linguistique, science du langage.

    L'étude des langues du monde m'a forcément rapproché de Taqbaylit et l'année d'après je me suis inscrite à l'Inalco où j'ai suivi un cursus de berbère avec l'illustre S. Chaker. Parallèlement à cette découverte scientifique de ma langue d'origine je me suis investie dans le mouvement culturel. Et ai cotoyé le milieu artistique.

    Très vite, je me suis mise à écrire en kabyle, en ayant pensé kabyle, et ça c'est pas évident quand tu nais ailleurs et que tu étudies longtemps la finesse d'une autre langue.

    Ecrire en kabyle ne suffit pas car même si tu peux espérer être éditée un jour, et encore, nous savons tous très bien (peut être moins aujourd'hui qu'il y a 10 ans en arrière) que les seuls personnes que tu atteindras, c'est ceux qui sont un minimum érudits. Et s teqbaylit, nous ne sommes pas nombreux!

    Mon amour de la chanson, française exclusivement et d'amour principalement allait peu à peu donner naissance à l'envie de découvrir le corpus de la chanson kabyle. Je me suis mise à tout acheter, tout écouter, tout retranscrire. Je te raconte même pas l'horreur des premières transcriptions que j'ai faites des chansons de Rabah Asma et d'Ait Menguellet.

    Puis je me suis mise à traduire mes chansons d'amour préférées en kabyle. Enfin, pour finir, j'ai écrit les miennes. 19 ans j'ai voulu faire mon premier album. je l'ai fait. Très mal mais je l'ai fait quand même. quand j'aurai la possibilité, je le rééditerai en le retravaillant un peu quand même, plus de dix ans plus tard c'est une obligation (rires).

    Avec le temps, je me suis assagie, l'Amour au sens sentimental du terme n'est plus ma seule source d'écriture et/ou d'inspiration. Mais elle est toujours là, car ce qui me pousse à être émue et vouloir chanter écrire sur une thématique c'est l'émotion.
    Chercher le mot émotion s teqbaylit? ulac it et pourtant c'est bien mon moteur. Tout ce qui me fait frémir réagir, gronder pleurer est régi par l'émotion. deg-sen l'amour l'injustice, la détresse et j'en passe et des meilleurs.

    Alors je chante et j'écris, mes deux langues sont donc chacune spécifiquement ma source de création. Je m'exprime sur tout ce qui peut être dit en chantant ou en écrivant. dans mes thémtiques récurrentes: l'amour bien sûr mais aussi les droits de la femme, la trahison, le mouvement amazigh (et identitaires plus largement) l'immigration. L'amour ayant la part belle car je voudrais y casser certains tabous (érotisme réfréné dans l'écriture par exemple).
    Ainsi j'ose, loin de moi toute prétention, faire une chanson, dont le vocatif est un prénom masculin, chose qui ne s'est jamais (je crois du moins) faite d'une chanteuse kabyle. LE contraire existe par contre jusqu'à devenir systématique.

    Je finis donc par la condition de la femme kabyle exécrable qu'il faut à tout prix défendre. le poids de la religion et de la tradition y sont pour beaucoup. Cependant, le statut féminin contrebalance un peu la noirceur du tableau et je citerai un adage de chez nous (extrait il me semble des cahiers de belaid mais je ne suis pas sure à 100%)
    "ulac i_yettagaden am lehdur n tsumta" qui indique que malgré tout nous avons de quoi faire pour nous faire entendre. Il suffit juste de le faire... mais c'est une autre histoire.
    tanemmirt tameqqrant
    tan'

    PS : Bravo à tous ceux qui me liront jusqu'à la fin!!

    Message le Ven 10 Aoû - 12:16 par rrigh-tent

    dayen imi sennigh "rrigh-tent"!

    Bienvenue Taninna. Te lire jusqu a la fin fut un privilege. Priere nous faire part de tes ecrits.

    Une chanteuse double'e d un ecrivain nous est ne'e!

    Yessis n tteriel atan v-d'ant tameghra!
    Ula d wagh-zen yedda!

    R.

    Message le Sam 11 Aoû - 22:56 par allouchehakim

    Bonjour Taninna,

    J’ai lu tes écrits avec le sentiment d’une découverte brillante. Quelle adorable surprise ! Je voudrais t’encourager à continuer de nous faire voyager dans le monde magique de l’émotion. Avec beaucoup d’affection, ta sensibilité nous a comblé par tes dons multiples et généreux. Que l’envol de tes ailes soit une admirable étoile porteuse de lumière.
    Pour ma part, je serai vraiment ravi de me déplacer pour venir t’écouter.
    Est-ce que tu peux nous indiquer tes projets futurs : participation à des concerts,des fêtes, Festival… en précisant les dates et les lieux ?
    Par ailleurs, quel regard portes-tu sur la chanson kabyle ?
    Notamment, la place qu’elle occupe dans le quotidien des enfants issus d’immigration ?
    Dans le plaisir de te lire, Bonne Continuité!Wink

    Message le Lun 13 Aoû - 2:56 par taninna

    rrigh-tent a écrit:dayen imi sennigh "rrigh-tent"!

    Bienvenue Taninna. Te lire jusqu a la fin fut un privilege. Priere nous faire part de tes ecrits.

    Une chanteuse double'e d un ecrivain nous est ne'e!

    Yessis n tteriel atan v-d'ant tameghra!
    Ula d wagh-zen yedda!

    R.


    Merci beaucoup pour l'accueil, c'est un plaisir d'échanger avec des amoureux de l'art quelqu'il soit!
    au plaisir
    tan'

    Message le Lun 13 Aoû - 3:05 par taninna

    allouchehakim a écrit:Bonjour Taninna,

    J’ai lu tes écrits avec le sentiment d’une découverte brillante. Quelle adorable surprise ! Je voudrais t’encourager à continuer de nous faire voyager dans le monde magique de l’émotion. Avec beaucoup d’affection, ta sensibilité nous a comblé par tes dons multiples et généreux. Que l’envol de tes ailes soit une admirable étoile porteuse de lumière.
    Pour ma part, je serai vraiment ravi de me déplacer pour venir t’écouter.
    Est-ce que tu peux nous indiquer tes projets futurs : participation à des concerts,des fêtes, Festival… en précisant les dates et les lieux ?
    Par ailleurs, quel regard portes-tu sur la chanson kabyle ?
    Notamment, la place qu’elle occupe dans le quotidien des enfants issus d’immigration ?
    Dans le plaisir de te lire, Bonne Continuité!Wink

    Merci Hakim,
    ulla d kecc ur teggid ara :-)
    Je répondrai avec plaisir à ta question sur la chanson kabyle mais pas tout de suite, je déteste le travail baclé. Et comme j'ai beaucoup de choses à écrire, tu me permettras de prendre le temps de donner naissance à un vrai texte et pas seulement à une dizaine de lignes pas ou peu argumentées. ON s'étonnera pourquoi je mets à chaque fois au moins 5 ans avant de pondre un album lol!
    Côté scène. Pour le moment pas grand chose, depuis le 20 avril de l'année dernière pour la bonne raison que je pouponne sunny
    J'ai repris les chemins des studios pour un 3ème album qui devrait voir le jour fin 2007 si tout va bien... j'ai tujours pas reglé le problème de la distribution. Puisque en plus d'être auteur co-compositeur je suis aussi à mon grand damn producteur, c'est à dire que je finance l'intégralité de mes produits. ça fait bcp après 5 ans de studio (rires)
    Bien entendu à l'approche de la fin du produit, nous allons lancer la promo. Peut être quelques dates, quelques radios. un clip est prévu sur le premier extrait du futur bébé.
    Je ne manquerai pas de vous en tenir informé ici même
    sinon sur mon modeste blog (peut être même des extraits, je vais voir si mon arrangeur m'autorise)

    Tanemmirt
    Tan'
    http://pheniks-sky.musicblog.fr

    Message le Mer 29 Aoû - 6:01 par taninna

    allouchehakim a écrit:Bonjour Taninna,

    ....

    Par ailleurs, quel regard portes-tu sur la chanson kabyle ?
    Notamment, la place qu’elle occupe dans le quotidien des enfants issus d’immigration ?
    Dans le plaisir de te lire, Bonne Continuité!Wink



    Azul a Hakim, Azul merra fellawen

    J'espère que vous vous portez tous bien en ces abords de rentrée scolaire et de fin de vacances ;-)

    Désolée Hakim pour le retard que j'ai mis pour rédiger cette réponse mais je suis un peu am tsekkurt " seg crured ar tikli" (rires).
    Disons que je n'aime pas faire les choses à la va vite mais comme je fais tjs ce que je dis moralité : une réponse près de 15 jours plus tard. Avec toutes mes excuses !

    Avant toute chose, je tiens à m'excuser auprès des auditeurs lambdas car mes propos pourront paraître acerbes. La véracité du terrain me fait parfois paraître aigrie et pas très cool. Et pourtant la passion que j'en ressens peut je pense légitimer ce que je vais dire.

    Je pense que la chanson kabyle va mal. J'en profite pour remercier Louisa qui la première a répondu à un post identique en nous dressant un panel de l'évolution de la chanson féminine, j'y posterai plus tard bien que des éléments que je reprendrai ici soient liés.

    Je disais donc : je pense que la chanson kabyle va mal. Pourquoi ?
    Premièrement parceque (et je le regrette) nous ne savons pas travailler ensemble. Je me souviens Feu Ameziane (as ya€fu rebbi) me disait souvent : tu sais tan' nek°ni s lkeqbayel yewwet-agh le syndrome du aheqq nekk...
    Et il s'avère que dans la chanson aussi, nous sommes incapables de travailler ensemble. Il va de soi que chacun d'entre nous a ses compétences propres, ses dons mais aussi ses lacunes et ça on ne sait pas se l'avouer.
    on s'improvise tous auteur, compositeur arrangeur éditeur, photographe (pour la jaquette) publiciste .... et j'en passe et des meilleurs (clip par exemple)
    Or, il est inconcevable que l'art soit condensé ainsi et quelque part amoindri.
    A sa décharge, l'artiste (chanteur) kabyle n'est pas épaulé du tout par nos médias et l'absence de producteurs joue totalement en sa défaveur. Comment faire alors pour se sortir de l'anonymat, on fait avec les moyens du bord?
    Ou alors on laisse faire... on continue à bosser comme on le sent et on reste dans la discrétion la plus totale (comme moi et tous mes amis artistes dans l'ame)
    Sinon, il reste la forme abjecte du spécial fêtes à outrance, en pondant des albums toutes les semaines comme à la grande époque du raï ... et le plus décevant c'est que ça semble marcher ... Rabah Asma qui fut un grand autrefois en est arrivé à faire cela, de la musique en saucissons pour les consuméristes que sont devenus les kabyles d'aujourd'hui ...
    Du zdeg rdeg, de la vidéo en clips saucissonnés pour être balancés sur dailymotion ou youtube ... de la boite à rythmes mal mixée... tout ça pour faire du bruit ...
    La jeunesse adore ça, la jeunesse immigrée surtout ...
    La vraie question demeure : vaut-il mieux cela ou de les laisser tomber comme ce fut le cas y 5-6 ans en arrière dans le raï version cheb boutonneux ...
    Dire tout cela me fait mal au plus profond car comme je l'ai déjà écrit ailleurs. la chanson est notre seul bastion culturel, vue l'oralité de notre acquis ...

    Désolée si j'ai pu paraître injuste, je suis à vos dispositions pour en rediscuter !!

    tan'

    Message le Sam 1 Sep - 19:42 par allouchehakim

    Azul à Taninna;
    Ton analyse studieuse et perfectionniste laisse sans doute tout lecteur comblé. Certainement, aujourd’hui, le constat concernant la créativité musicale kabyle est plus que nécessaire. En te lisant dans cette rubrique, j’ai pris conscience de plus près des difficultés de terrain auxquelles tout chanteur (se) kabyle est confronté(e). Notre culture d’une manière générale a besoin de critique constructive qui servira comme vecteur pour formuler l’appréciation de professionnels et de public. L’échange, coopération, ouverture et synergie pour nos artistes sont des voies précieuses à suivre. Je voulais te remercier vivement d’avoir consacrer ton temps avec talent et art pour exprimer ta profondeur.
    Avec mes salutations fraternelles.
    A bientôt
    Wink !

    Message le Mer 16 Fév - 14:15 par taninna

    Azul Fellawen Yak°

    €addan la€wam, nekk°ni mazal nettazal. Saramegh tgerzem yak° akken i_yellaq.

    Atas aya ur d-usigh acku rhant-iyi ssnat tghawsiwin d tituttuhin, i€amren ddunit iw d wul iw fellasen yekkaten ... i d-yusan deg 2007 d 2009 ...

    Meca ur k°en ttugh ara

    Tibizutin yak° ...

    Tan'

    Message  par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 24 Mai - 2:01